Catégories
News

Hommage à Irénée Campardon, le sonneur des cloches…

Dans les années d’après-guerre, lors des théâtres qu’organisait la jeunesse de Campuzan : Irénée est debout avec le costume.

Irénée Campardon n’est plus ! Ses funérailles ont été célébrées à l’église de Campuzan en présence de sa famille, de villageois, d’amis. Le Père Jean-Jacques Barrère a présidé la messe qui était chantée et accompagnée à l’harmonium par Jean-Jacques Lanau, en l’absence de l’organiste habituel.

Irénée est né le 14 mai 1934 à Campuzan. Il était fils unique. A l’âge de 6 ans, un accident à l’école primaire lui cause un handicap définitif à une jambe. Il perd ses parents alors qu’il est encore relativement jeune et se retrouve seul à la ferme pour assurer la continuité de la petite exploitation. Ses neveux et nièces, en particulier Laura, ont rappelé, lors des obsèques, quelques souvenirs et combien Irénée aimait les aider dans leur travail à la ferme de Sentous. Il aimait rendre service lors de corvées agricoles et il prenait régulièrement des nouvelles des uns et des autres, du village, des voisins… Il visitait régulièrement certaines familles chez lesquelles il avait ses habitudes.

De 1989 à 2002, il a été le gardien des clefs de l’église de Campuzan et également le sonneur des cloches. Peu après, sa santé a nécessité d’intégrer l’Accueil du Frère Jean de Galan : il a apprécié les bons soins du personnel. Il le disait souvent. Durant une quinzaine d’années, Irénée a donc vécu à Galan avant de venir reposer dans la terre de ses ancêtres à Campuzan, à l’ombre du clocher dont il aura bien souvent fait retentir les deux cloches tant pour les évènements heureux que pour les plus tristes.

Jean-Louis Ibanez

Photo collection Arlette Faulong

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *